Recherche



Brèves
08/07/2013

EMC au 7e rang des entreprises françaises où il fait bon travailler

EMC, société spécialiste de la gestion des données, vient d’être classée 13ème entreprise Européenne où il fait bon travailler par le palmarès Great Place To Work , 7ème en France, et 1ère en Espagne, entre autres. ‘Nous sommes extrêmement fiers de nous situer au 7e rang français des entreprises où il fait bon travailler’ affirme Michel Poinat, Directeur des Ressources Humaines EMC France ‘Nous allons continuer à trouver de nouvelles initiatives pour offrir à nos employés un environnement de travail d’exception’
BK
29/05/2013

Debout la République a lancé sa campagne des européennes pour 2014

Ce 25 mai 2013 Debout la République, le parti présidé par Nicolas Dupont-Aignan, a lancé sa campagne pour les européennes de 2014. A 1 an jour pour jour du scrutin, DLR a organisé un rassemblement dans la salle la Bellevilloise à Paris. Pour la première fois des personnalités politiques d'autres pays européens se partageaient la tribune. Paul Nuttal (le numéro 2 de UKIP au Royaume-Uni), Timo Soini (président du parti les Vrais Finlandais), et Slavi Binev (député européen bulgare) ont successivement pris la parole.
Source : DLR
28/05/2013

Le Sénat a adopté le projet de loi relatif à la refondation de l’école

Le Sénat a adopté par 176 voix contre 171, le projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République.
BK
16/05/2013

Epidémie de dengue en Guyane

L’épidémie de dengue sévit depuis plusieurs mois en Guyane. Plus de 3000 personnes ont été contaminées à ce jour, dont 450 ont été hospitalisées. 5 décès sont à déplorer. Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, a décidé de mobiliser une équipe de réservistes sanitaires de l’EPRUS (Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires) pour renforcer le centre hospitalier de Cayenne.
BK
25/04/2013

La qualité des rivières arrive sur l'iPhone

Pour la première fois en France, les données sur la qualité des eaux des rivières de Rhône-Méditerranée et de Corse peuvent être consultées depuis le bord de l’eau. Créée par l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, l’application iPhone « Qualité des rivières » permet aux pêcheurs, kayakistes, randonneurs, vacanciers de connaitre la santé des rivières.
BK
24/04/2013

41 commerçants éco-citoyens à Caen

Le 11 avril dernier, 90 personnes étaient présentes à la CCI Caen Normandie pour la remise de la distinction « Commerçant éco-citoyen » à 41 commerçants caennais.
Cette distinction permet au commerçant de communiquer auprès de ses clients sur son engagement dans la réduction des impacts environnementaux et sur le développement d’actions sociétales.
BK
17/04/2013

Lancement de la 1ère carte interactive du logement francilien

…accessible depuis www.lamaisondelimmobilier.org
Grâce à sa nouvelle carte interactive du logement francilien, la FNAIM Paris Ile de France offre à tous un moyen simple de trouver un logement en fonction des revenus disponibles et du nombre de pièce désiré. La carte inclura toute l’Ile de France d’ici la fin de l’année et pourrait, à terme, comprendre de nouvelles fonctionnalités (carte scolaire, temps de transports, etc.).
BK
17/04/2013

La mortalité routière enregistre au mois de mars un recul exceptionnel

Le nombre de morts sur les routes de France au mois de mars a baissé de 26,8%. 203 personnes sont décédées, contre 277 au mois de mars de l'année dernière. Le nombre de personnes blessées est aussi en très nette baisse (-20,9%).
BK
11/03/2013

EMC fait entrer la Bibliothèque Apostolique du Vatican dans l’ère numérique

Dans le cadre de son initiative Information Heritage, EMC soutiendra la Bibliothèque Apostolique du Vatican dans la numérisation de son catalogue de 80 000 manuscrits historiques ainsi que de 8 900 incunables. Le projet consiste en la numérisation complète de la biblioth-que, permettant ainsi de préserver 40 millions de pages via une reproduction digitale. La première étape de ce projet s’étalant sur neuf ans sera de fournir 2.8 petabytes de stockage, utilisant une variété de solutions de pointe telles que Atmos
BK
04/03/2013

La BNF lauréate du « Stanford Prize for Innovation in Research Libraries »

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, se réjouit du premier prix décerné à la Bibliothèque nationale de France par les bibliothèques de l’Université de Stanford, installée dans la Silicon Valley, aux Etats-Unis. Le jury de ce prix, destiné à récompenser l'innovation numérique dans les bibliothèques de recherche, est présidé par Lynne Brindley qui, jusqu'en 2012, était directrice de la British Library. En attribuant son prix à la bibliothèque numérique Gallica et au moteur de recherche data.bnf.fr., l’Université de Stanford, qui a participé à l’élaboration de l’Internet, rend hommage à la politique de numérisation, et de diffusion que la France mène depuis de nombreuses années pour rendre aisément accessible au plus grand nombre l’ensemble de son patrimoine culturel.
Communiqué


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coup de gueule

Enseignement supérieur, recherche, innovation. Innover ou dépérir : la France doit choisir



Enseignement supérieur, recherche, innovation. Innover ou dépérir : la France doit choisir
Pour toutes les entreprises ou organisations de notre pays soumises à la concurrence internationale, la maxime "innover ou dépérir" est une réalité. Voici donc un sujet majeur pour la France : réviser et reconfigurer notre système d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation, qui dérive du mot latin innovatio. L'innovateur est donc celui qui renouvelle en permanence.

Notre conviction première est que ce triptyque est au fondement de la croissance de demain et qu’il faut considérer comme un tout ce triangle de la connaissance. Notre deuxième conviction : l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation doivent de plus s'inscrire dans les territoires, avec les collectivités locales et en lien avec les acteurs économiques.
Notre troisième conviction : l'interdisciplinarité provoque les innovations de rupture. Le croisement des acteurs et des disciplines (sciences dures et sciences humaines) est à l'origine des avancées de la recherche scientifique et des progrès de l'innovation. Grenoble, dont je suis le Maire, a une longue tradition de promotion de la connaissance dans les domaines de pointe, depuis la houille blanche aux énergies renouvelables, en passant par la microélectronique et les biotechnologies. Il s'agit d'un renouvellement constant qui a commencé il y a plus de 150 ans avec la papeterie, le textile et la chimie.
L'innovation, définie comme la rencontre entre une idée et un marché, a été ici permanente parce que la recherche était de grande qualité, l'enseignement supérieur de premier plan et que le triptyque "Université/Recherche/Industrie" fonctionne parfaitement. Plus de 60 000 étudiants, quelques 120 laboratoires de recherche et plus de 20 000 chercheurs font de notre territoire un des plus dynamiques dans ce domaine. La région de Grenoble étant parfois surnommée la "Silicon Valley française". C’est fort de cette expérience que je souhaite contribuer à la réflexion sur le sujet.
Faisons d’abord justice à nos chercheurs humiliés par le discours de l'actuel Président de la République du 22 janvier 2009. Nous pensons que notre recherche reste une des plus brillantes au monde. Mais il y a des dysfonctionnements systémiques qui, s’ils ne sont pas corrigés, mettraient en péril la place de la France dans la mondialisation : un système éclaté entre Grandes écoles et Universités, d'une part, et une insuffisante relation entre organismes de recherche et Universités, d'autre part ; une structuration institutionnelle d’une rare complexité du fait de l’empilement inconsidéré des diverses structures et entités ; un système d’enseignement de plus en plus reproducteur d’inégalités sociales, économiques et culturelles.
Les réformes récentes n’ont pas toujours été à la hauteur : l’autonomie - version de droite - a déséquilibré la gouvernance des Universités et n’a pas accompagné l’octroi de nouvelles compétences par les moyens adéquats. Le grand emprunt permet de développer les investissements d'avenir, mais il risque de favoriser une perte d'initiatives sur tout le territoire.
C’est pour lever les barrières qui empêchent notre pays d’exprimer son immense potentiel d’innovation et de croissance que je formule six propositions, dont certaines sont déjà portées par François Hollande. Les autres vont résolument dans le sens qu’il a tracé.
1. Faire de la lutte contre ce qu'il convient d'appeler "l’échec à l'Université" une grande priorité nationale, en traçant un continuum entre le lycée et l'Université (comme le suggère Vincent Peillon), en renouvelant la pédagogie en Licence, en redonnant une véritable place à la formation des enseignants, en mettant en place un service d’orientation permettant un suivi personnalisé des étudiants en difficulté, dès la première année. Les filières courtes et professionnelles seront développées et valorisées, et l’accès pour les bacheliers professionnels et technologiques à ces filières sera favorisé. Le soutien aux jeunes chercheurs sera assuré par la création d’un contrat en entreprise ou dans un laboratoire de recherche pour l’insertion des jeunes docteurs dans l’emploi. Nous proposons de créer 2 000 emplois par an sur le prochain quinquennat au titre des 150 000 emplois d'avenir proposés par François Hollande ;
2. Remettre à plat les aides financières aux étudiants pour mettre en place une allocation d’études et de formation sur conditions de ressources, permettant aux moins favorisés de pouvoir mener leurs études, sans devoir travailler. L'accès au logement doit être facilité, notamment par un plan massif de construction de 40 000 logements et de réhabilitation de 50 000 logements étudiants. Notre politique d'enseignement supérieur doit avoir pour ambition d'améliorer les conditions de vie des étudiants ;
3. Elaborer une nouvelle stratégie nationale et régionale de la recherche. Des "Assises régionales (puis nationale) de la recherche", en concertation avec la communauté scientifique et économique, permettraient de proposer une vision prospective sur la base d’une analyse des forces et faiblesses de notre système de recherche et d’innovation. Cette démarche vise à fonder le continuum enseignement supérieur, recherche, innovation, industrie et développement des entreprises de tailles intermédiaires (ETI) ;
4. Garantir sur la durée et mieux répartir les dotations à la fois pour les Universités françaises et les projets d'avenir. Il est nécessaire, du fait de la multiplicité des canaux de financements, de veiller à la pérennité des ressources en évitant des déséquilibres excessifs et injustifiés entre établissements. Le transfert de propriété du patrimoine immobilier – ancien – des Universités suppose, de la part de l'Etat, une clarification plus précise dans le financement de la fonction immobilière. Les Universités doivent également maîtriser les autres compétences de gestion (finances, achats et logistique) ;
5. Positionner l'Etat en stratège à travers la création d'un Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche, de l'innovation et de l'industrie (MESRII). Il correspond à un besoin dans une société de l'économie de la connaissance qui doit innover en permanence pour être compétitive. Il devra poursuivre le rapprochement entre universités, centres de recherche et grandes écoles et soutenir la dynamique des organismes de recherche par des synergies au niveau territorial avec les pôles de compétitivité et les instituts Carnot ;
6. Appuyer une stratégie européenne en matière de recherche et d’innovation notamment en concentrant une partie du programme cadre de l’Union européenne et des fonds structurels vers les ETI et les PME innovantes. Il s'agit également de faire émerger des jeunes équipes de recherche. Les dispositifs d’aide et d’incitation à l’innovation seront rééquilibrés en faveur des ETI et des PME.
Il est nécessaire de mobiliser la capacité créatrice de nos forces de recherche, favoriser l’accès à l’enseignement supérieur des jeunes de tous les milieux sociaux, promouvoir l’innovation avec tous les acteurs économiques : il y va de l’avenir de notre pays.

Michel DESTOT, Député-maire de Grenoble et Président d'Inventer à gauche


Jeudi 12 Avril 2012
Blandine Klaas


Dans la même rubrique :

Inquiétante leçon - 08/10/2012

La prohibition - 17/02/2011

Humour noir - 14/10/2009

1 2 3 4 5

Elections | International | Europe | Actualités | Politique | Economie | Environnement | Social | Société | Sciences | Santé | Médias | Education | Culture | Justice | Collectivités Locales | Médiathèque | Sports & Loisirs | Informatique | Services de l'Etat | Institutions | Associations | Ministères | Partis | Syndicats | Collectivités | Entreprises | Nouveaux produits | Coup de gueule | Editorial | Chronique | Conso | Communiqués | Tribunes | Entreprises | Télécoms

Inscription à la newsletter